AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 one day we'll meet again (ft. Tyra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
one day we'll meet again (ft. Tyra) Empty

one day we'll meet again (ft. Tyra) EmptyVen 1 Avr - 15:06


Tyra & Ivy




Le téléphone dans ses mains, bloqué sur un contact, illumine ses traits. Il fait noir ici, à l'entrée du bâtiment. La lampe a claqué. Le gardien en branle pas une, et d'après la blonde il fume son herbe dans sa piaule en mattant des films pour adultes. Bref. Le loyer est cher, le coin est chicos même si c'est bourré d'étudiants et de jeunes travailleurs, des gens qui bossent dans des trucs qu'elle ne sait même pas prononcer. Et Ivy est là, ronde comme une queue de pelle parce qu'elle n'avait pas envie de monter dans son appartement, pas tout de suite. La jeune femme planait complet, ou plutôt tanguait. Elle avait encore trop bu et son esprit divaguait. Elle fixe le contact. Elle a dû changer de numéro depuis longtemps. Elle ne savait pas que ça ne l'arrêterait pas, mais elle ne l'aurait pas fait juste au cas où ? Son doigt effleure le tactile. Compose le numéro. Ivy raccroche immédiatement, avant la première sonnerie et plaque son téléphone contre sa bouche puis ferme les yeux. La blonde fit une grimace. Elle devait le faire puis maintenant qu'elle était à Los Angeles, autant finir le travail. Trouves Tyra. C'est ce qu'on lui avait dit. Elle s'alluma une cigarette, fébrile, toujours assise sur les marches du bâtiment de quatre étages où elle habitait. La blonde regarda le ciel un moment en se disant que ce serait peut être bien de ne pas trop traîner dehors. Elle risquait peut-être de croiser Tyra, par une coïncidence improbable comme il y en a plein dans l'existence des paumés. Ce serait con quand même que sa cousine s'avère être une alcoolo finie alors que cela faisait des années qu'elles ne s'étaient pas vues. Trois minutes après, elle ronflait, sa clope toujours au bout du bec. Ivy avait mal à la tête, avait la bouche pâteuse. Ses tripes se tordaient et elle avait froid. Elle ne se sentait pas très bien ; elle ne ressentait plus rien de la chaleur qui l'étreignait lorsque qu'elle était encore au beau milieu de l'ivresse. Elle était bourrée, encore, cela ne faisait aucun doute, mais elle retombait. Avec tous les désagréments et la fragilité physique qui allaient avec. Astrid qui était sous elle soupira, soulagée, lorsque la blonde bougea. Elle devait ressembler à l'archétype du sac à vin et se sentait vaguement honteuse. Vaguement seulement, parce que pour ressentir une véritable honte, il fallait avoir encore un peu de dignité et d'estime de soi. Ce qui était contraire vue la situation de son existence. Ivy fronça les sourcils, paupières mi-closes à cause de son mal de crâne, quand sa petite amie lui dit qu'elle devait se préparer à rendre son dernier souffle. Astrid avait autant sale caractère qu'elle était divine. Puis le fait que la blonde l'avait en quelques sortes obligée à la suivre dans l'intérêt de retrouver Tyra n'avait fait qu'empirer la situation. Plus rien n'allait dans leur couple. Ivy se demandait même pourquoi elle s'obstinait à vouloir sauver leur couple qui battait de l'aile depuis trop longtemps. Puis elle n'était même plus certaine qu'Astrid l'aime encore. Depuis leur arrivée à Los Angeles, elle passait plus de temps à sortir qu'à lui faire la conversation. Et quand cela arrivait, ça se terminait toujours par des cris et des reproches. Tyra par-ci, Tyra par-là. Et Ivy avait beau lui expliquer en long, en large et en travers qu'elle n'avait pas le choix, Astrid semblait ne pas vouloir comprendre. Et une fois encore, la blonde se doutait que si elle parlait encore de sa cousine, Astrid partirait encore au quart de tour. Il était donc préférable aujourd'hui, de ne pas la mettre de mauvaise humeur de si bon matin...

Sans dire un mot, Ivy glissa hors du lit avant d'attraper son ordinateur portable avant d'ouvrir le dossier contenant toutes les informations qu'elle avait récolté sur Tyra depuis son arrivée ici. Certes, si quelqu'un était au courant de l'existence de ce dernier, elle passerait pour une tarée. Après avoir googolisé une énième fois le nom de Tyra Vermeer et fouiné comme elle seule savait le faire, elle décida de se rendre là où Tyra avait été vu en dernier. Le set du prochain Lara Croft, rien que ça. Ivy ignorait si la blonde tenait le rôle principal mais clairement c'était sa dernière préoccupation. Il fallait qu'elle trouve le moyen de l'approcher. Chose qui allait sans doute poser problème puisqu'elle n'était absolument personne dans le milieu du cinéma. Puis si elle se présentait comme la cousine de l'actrice, Bonne fuirait en l'apprenant et quitterait sans doute le pays. Elle avait fuit son passé, ce n'était pas pour l'accueillir les bras grands ouverts. Rapidement, la jeune femme attrapa les premiers vêtements qui lui tombaient sous la main. A quoi bon prendre trois heures pour se préparer alors qu'elle ignorait si elle allait pouvoir approcher Tyra. Mais elle ne laisserait pas tomber si facilement et renouerait avec Tyra. Par simple intérêt ou parce qu'elle lui manquait ? Aucune idée pour le moment. « Astrid, quand t'auras le courage de te traîner en dehors du lit tu passeras voir le gardien pour régler ce problème de porte! »hurla Ivy avant de claquer cette dernière dont le jour était de plus en plus gros. Après une bonne trentaine de minutes, la blonde arriva enfin à bon port. Ce qu'elle pouvait détester ce quartier. Tout puait le luxe et la réussite à plein nez. Puis après avoir tourné pour se garer, lorsqu'elle trouva enfin une place, un type frappa à sa vitre, l'air énervé. «Vous ne pouvez pas stationner ici mademoiselle. » Au moins elle était au bon endroit. Il fallait voir les choses du bon côté. « Ecoutes-moi bien, j'en ai pas pour longtemps alors t'es mignon et tu me fous la paix. » fit-elle tout aussi énervée que lui. Elle lui glissa un billet dans la poche avant de se diriger vers la masse noire de gens située un peu plus loin. Elle entra non sans difficulté dans l'immense bâtiment où en théorie se déroulait le tournage. Et ce fut sans surprise qu'on l'interpella une seconde fois. « Ivy Kershaw, journaliste. » dit-elle en tendant la main à l'homme qui le faisait face. « Ce ne sera pas très long, rassurez-vous ! » Un sourire charmeur, une tape amicale sur l'épaule et la blonde le contourna sans même qu'il ait le temps de répondre. Elle savait que le temps lui manquait cruellement et qu'elle ne devait pas trainer. La sécurité ne tarderait pas à la foutre dehors. Et lorsqu'elle aperçut Tyra, Ivy se sentie frappée par la foudre. Elle voyait une jeune fille, courageuse et rieuse, une fille entreprenante et trop mature pour son âge alors qu'elle en était encore a compter les boutons d'acné sur sa tronche. Devait-elle l'approcher ? Faire demi-tour ou prier pour que Tyra la reconnaisse ? Tout ce qu'elle était en mesure de faire en ce moment même était de l'observer sans bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
one day we'll meet again (ft. Tyra) Empty

one day we'll meet again (ft. Tyra) EmptySam 16 Avr - 13:14


Tyra & Ivy





Ce qui avait absolument de merveilleux avec Los Angeles, c’était qu’on ne s’ennuyait jamais. Peu importait sa profession, ses activités préférées ou ses loisirs du dimanche, la ville promettait toujours un peu plus d’action que la veille et de quoi se démarquer du commun des mortels. Et si certains trouvaient que c’était parfois too much et que l’excentricité californienne prenait un petit peu trop de place dans leur vie, les autres étaient plus que ravis de pouvoir se renouveler un peu plus chaque jour sans avoir besoin de faire grand-chose pour la simple et bonne raison que ça leur permettait de se faire remarquer et de ne pas s’ennuyer. Puis de nos jours, il semblait que la plupart des gens, si ce n’était la totalité, recherchait un moyen de s’éloigner de leur quotidien pour embraser un semblant d’extravagance. Alors forcément, ce n’était pas à Los Angeles que ce genre de comportements allait passer inaperçu, et encore moins lorsque l’industrie du cinéma était concernée pour la simple et bonne raison que tout était bon pour se faire remarquer et pour tenter de percer. Car vivre au cœur d’Hollywood, épicentre des strass et des paillettes ainsi que des caprices de stars, n’était pas suffisant pour être soi-même recouvert d’un luxe grandiloquent et pour captiver toute la lumière des projecteurs, au contraire. Hollywood pouvait être bien cruel pour des acteurs en quête de reconnaissance, et Tyra en avait été l’une des victimes pendant un temps. Ce n’était pourtant pas le manque de talent qui l’avait empêché de briller, pour cause elle avait déjà eu l’occasion de percer aux Pays-Bas en faisant notamment la voix d’Elsa dans Frozen, seulement la concurrence aux Etats-Unis était bien trop rude. Et jusqu’à maintenant, Tyra n’avait tourné que dans des films indépendants qui même s’ils avaient encensé la critique n’avait pas vraiment fait parler d’eux auprès du grand public. Et aux yeux de Tyra, ce manque de décollage avait un lien direct avec son refus de de se livrer à un jeu d’apparences et d’hypocrisie pour attirer le regard des producteurs. C’était simple, la blonde avait envie d’attirer le regard en restant fidèle à elle-même et sans se transformer en actrice lisse et sans aucune personnalité. Alors certes, ce n’était pas évident tous les jours de se rester fidèle et de faire parler de soi toujours en bien, mais le pari de la néerlandaise s’était avéré payant. Et pour cause, elle avait réussi à charmer plusieurs grands producteurs, dont ceux de Marvel qui l’avait engagée dans le prochain film des Avengers qui mettait les enfants des héros en personnages principaux dans le rôle de Torunn Thorsdóttir, la fille de Thor. Que pouvait-elle demander de plus, il n’y avait rien de mieux que de faire partie d’un film Marvel pour se faire remarquer et se dégoter des fans en grande quantité. Alors la demoiselle faisait de son mieux pour apporter le meilleur d’elle-même sur le tournage, pour faire de Torunn une héroïne appréciable et puissante que les fans adoreraient. Et forcément, avec autant de dévotion pour le personnage, la jeune Tyra n’avait plus le temps de faire grand-chose d’autre. Lorsqu’elle n’était pas en train de tourner une scène, elle répétait pour être sûre d’avoir tout son script en tête, elle prenait son arme et vérifiait qu’elle savait parfaitement la maîtriser, elle faisait des retouches make-up, ou bien elle passait son temps avec Sammy à embêter le restant de la crew avec leurs blagues d’enfants de huit ans qui ne volaient jamais bien haut. Mais eh, ça mettait de l’ambiance sur le tournage et tout le monde appréciait travailler avec eux car ils étaient bien loin d’être prise de tête et que les journées parfois bien trop longues passaient toujours plus vites. Alors non, la néerlandaise avait fini par décrocher le rôle qui lui fallait et sa carrière ne s’était jamais mieux portée que maintenant, amenant de nombreux projets à sa portée. Comme quoi, déménager à Los Angeles n’avait pas été une idée complètement barge.

« Tyra, plus que cinq minutes avant la scène ! », venait d’hurler de toutes ses forces un assistant de production derrière la porte de sa loge. L’homme avait hurlé tellement fort que la jeune femme venait de sursauter, il fallait vraiment se détendre il allait finir par lui provoquer une attaque. « J’arrive ! », répondit-elle simplement avait que sa maquilleuse ne vienne finir les dernières retouches. Puis une fois prête pour sa scène – une scène d’action où elle devait se servir de son épée pour botter le cul d’un de ses ennemis –, Tyra s’avança auprès des autres prête à démarrer.

« Et action ! » lui balança le réalisateur. Alors sans plus attendre, la jeune femme commença à jouer et à devenir entièrement Torunn jusqu’à ce qu’un agent de sécurité ne débarque et fasse une annonce quelque que peu étrange au réalisateur... « Une étrangère essaie de s’introduire sur le tournage, elle prétend être journaliste mais si elle l’était vraiment elle saurait que ce n’est pas le moment. Et elle n’a aucune autorisation, c’est certainement quelqu’un qui cherche à prendre une scène du film. Du coup il faudra s’arrêter le temps de l’évacuer on ne sait pas si elle est seule et c’est ce qu’il y a de plus sûr pour le film. » Super, c’était le bon moment tiens. Les gens n’avaient vraiment aucune gêne pour s’introduire sur les tournages de la sorte, ils ne se rendaient vraiment pas compte des conséquences que ça avait sur les films ? « Bien pause d’une heure ! Et vous avez plutôt intérêt à s’occuper de son cas et à lui interdire l’accès pour le restant de ses jours ! » pesta le réalisateur visiblement très contrarié par ce fichu imprévu.

Avoir une pause au bout de seulement quinze minutes de tournage, c’était une première depuis le début du film. M’enfin, maintenant Tyra n’allait pas cracher sur une pause, et ce n’était de toute façon pas comme si elle avait le choix. Alors elle sortit du studio dans l’espoir de trouver une boisson énergétique pour lui donner un peu d’énergie. Avec toutes ces merdes, il était évidant qu’ils allaient prendre du retard et qu’ils finiraient à pas d’heure le tournage de la scène, super. Comme quoi, il n’y avait pas que des points positifs à enchaîner les films à Hollywood, la pauvre n’avait pratiquement plus aucun temps libre. Mais sans se poser de question – et ressemblant encore à Torunn en pleine tenue de combat –, la blonde traversa vite fait la rue pour se diriger dans le Starbucks du coin et prendre sa dose de café. Du moins, c’était sans compter la présence des agents de sécurité qui ne la lâcher pas. « Tyra, c’est cette fille là-bas, elle t’a suivie. On va l’arrêter. » Décidément, cette fille en question se donnait un mal fou pour la voir, c’en était flippant. « Oh mon dieu. », répondit-elle simplement lorsqu’elle aperçut le visage de la demoiselle en question. « Elle…elle ressemble à quelqu’un que je connais mais je ne suis pas bien persuadée que ce soit elle… C’est possible de lui parler ? Vous pouvez nous surveiller d’ici je n’en ai rien à faire. » En fait, elle ne leur avait pas vraiment laisser le choix et elle avait pris son café avec elle pour atteindre cette fille qui ressemblait trait pour trait à la Ivy qu’elle avait connu enfant, si ce n’était qu’elle devait bien avoir plus de vingt-cinq ans aujourd’hui. Et une fois à sa hauteur, la néerlandaise décida de jouer la carte de l’indifférence histoire de voir ce qu’elle lui voulait. « En quoi puis-je vous aider ? Pour les interviews il faut voir directement avec mon agent, le réalisateur n’apprécie pas trop que les journalistes viennent sans rendez-vous en plein milieu d’une scène. » Bon, c’était assez abrupte comme phrase, surtout si c’était vraiment sa cousine, mais elle n’avait aucun état d’âme. « A qui ai-je l’honneur ? » C’était le moment de vérité, et sincèrement elle n’avait aucune idée de comment elle réagirait par la suite, elle était maintenant sûre à 99,9% qu’il s’agissait bien d’Ivy… Plutôt gênant comme situation.
Revenir en haut Aller en bas
 
one day we'll meet again (ft. Tyra)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» So, nice to meet you finally. -Cudy&Julian-
» L'ELLOWYNE WILDE COMPANY LOVES MISERY DE LILLIROSETTE
» Présentation KiK
» [tactica 2.0] Brouillon: tactica eldar noir V6
» Relique : eldar noir, necron, chaos et tyra VS eldar, tau, ultramarines et space wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WTFH :: archives :: Don't you remember? :: Les RPs-
Sauter vers: