AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 a little less conversation and a little more touch my body ☆ (ft. Voltaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Anita Bath
Some of the most beautiful women in the world have gigantic penises!
Messages : 182

Date d'inscription : 23/02/2016

More :


Âge : 26 yo

Emploi : drag queen, singer, youtuber, makeup artist, performer, TV reality whore (rpdr finalist).

What about love : DTF

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 17 Juil - 2:37


Voltaire & Anita




La vie au Windsor’s Love Palace n’était pas vraiment des plus désagréables, au contraire. L’endroit accueillait les pauvres âmes en perdition de la cité des anges, composées de ces gens rejetés par cette foutue société car ils avaient eu le malheur de s’écarter d’un modèle hermétique imposé à leur naissance. Vous savez, ce modèle selon lequel un homme ne pouvait aimer qu’une femme, que l’homosexualité n’était qu’un concept étrange, peu naturel et…dérangeant, et que le concept du genre ne pouvait être que binaire. Certes, les mœurs avaient quelque peu évolué et des progrès avaient été faits mais il n’en restait pas moins que la société restait très homophobe et transphobe, c’était juste un fait. Car après tout, comme l’avait déjà exprimé certains, « we’re all born into a homophobic society, we just are. We’re in some places better than others, no doubt. But the moment we are a conscious being, every story you’re told, every movie you see, almost every song you hear is heterosexual and typically also heterosexist. And infused in you is a feeling of shame. And sometimes I think you don’t even know how much that’s affecting you for a really, really long time. » Alors le Love Palace avait tout fait pour se démarquer pour devenir un véritable repère pour ces personnes qui n’avait nulle part d’autre où aller pour se sentir acceptées pour la personne qu’ils étaient. Gay, lesbienne, bisexuel.le, pansexuel.le, asexuel.le, queer, transsexuel.le, genderfluid, ou autre variante, tout le monde avait sa place là-bas et le club était de loin le plus réputé et apprécié de la ville pour cette ouverture d’esprit et la qualité des performances proposées, ce qui rendait l’endroit rempli à craquer chaque soir. Car il fallait dire que la programmation du club était aussi divertissante que variée, ce qui ne faisait qu’ajouter encore plus de charme et d’attrait au lieu qui avait d’ores et déjà conquis toute la communauté LGBTQ+ de la ville. Et bien évidemment, les drag queens ne faisaient pas exception à la règle et étaient régulièrement mis à l’honneur, thank you gay God. La propriétaire des lieux semblait avoir une grande faiblesse pour elles, au point d’en épouser une, et n’avait pas hésité à faire d’elles ses têtes d’affiche. Alors Kurtis n’avait pas hésité à se présenter à Iris lorsqu’il avait commencé sa carrière de drag queen, et il avait été surpris à la vitesse à laquelle il avait réussi à la convaincre. Et depuis le temps, il n’avait jamais manqué à ses engagements et continuait à performer au Love Palace tous les samedis soirs lorsqu’il n’avait pas de réservations ailleurs. Et ce qui était sûr, c’était qu’il réussissait à ramener encore plus de clients depuis son passage à l’émission de téléréalité de RuPaul à laquelle il avait terminé finaliste. Ah, le pouvoir de la télévision. C’était une chance que ça lui rapporte de l’argent, ou le pauvre serait à la rue depuis bien longtemps. Enfin tout cela pour dire que le Love Palace était son domaine de prédilection et qu’il adorait s’y rendre, que ce soit sous la forme de son drag persona, Anita, ou en tant que lui-même, pour passer une soirée des plus agréables auprès de ses paires et de ses futures conquêtes.

« Come on Ani, it’s your turn in like one hour and you still have to beat your face. You’re such a lazy slut ». En guise de réponse, Kurt adressa à son interlocuteur – qui n’était d’autre que son amie Lucas, lui aussi drag queen –, son majeur pour l’envoyer chier et lui faire comprendre qu’il était toujours dans les temps pour se préparer pour sa performance du soir. Mais dommage pour lui, il perdait toute sa crédibilité avec les faux ongles qu’il venait tout juste de poser. Apparemment avoir des ongles roses clairs, avec des paillettes roses foncées, n’était pas l’accessoire indispensable qu’il fallait avoir en sa possession pour se faire dignement respecter. Mais après tout c’était une situation habituelle entre les deux, et il n’y avait plus que les non-habitués pour se rendre compte du ridicule de la scène. Surtout qu’en l’espèce, Lucas n’avait pas vraiment tort, Kurt mettait en général plus d’une bonne heure pour faire le maquillage qui lui permettait de se transformer en Anita. Et en ce qui concernait la tenue et la perruque par contre, c’était une toute autre histoire. Pourquoi perdre du temps lorsque de toute façon, quoi qu’il puisse faire, Anita serait toujours belle. Certes ce n’était que l’avis de Kurtis, les juges de l’émission de RuPaul lui ayant d’ailleurs fait des critiques sur ce point sans la moindre hésitation, mais le brun avait pris leur conseil en considération pour perfectionner son look, et à ses yeux la plus belle des récompenses et preuve de sa beauté était le regard que lui lançait ses conquêtes lorsqu’il était toujours en drag. Alors il prenait toujours le temps qu’il lui fallait pour se préparer et assurer le show, et Lucas le savait aussi, il aimait juste l’emmerder et lui rappeler sa lenteur.

Une fois prête, après des tonnes de fond de teint appliqué sur le visage à l’aide de ses différents pinceaux et éponges à maquillage, Anita avait totalement pris place sur le visage de Kurtis et son entrée sur scène ne se fit plus attendre. Talons d’une bonne quinzaine de centimètres, petite robe cintrée et une perruque blonde sur le crâne, elle avait tous les éléments en main pour assurer ce soir. La salle était remplie, comme à son habitude, et le public n’attendait plus que le début de sa performance. « Hi guys ! Wassup? Y’all feeling good? », commença-t-elle tout d’abord par dire pour saluer l’ensemble de la salle et leur faire signe qu’elle allait commencer. « Let’s do it, I’m starving. » Et sans plus attendre, la musique démarra et Anita se mit à chanter en live la chanson qu’elle venait tout juste de sortir sur sa chaîne YouTube, chanson qui n’était d’autre qu’une ode à la liberté de corps…et aux relations d’un soir purement sexuelles. « Swinging in the tree house Donkey Kong, Tarzan screaming baby give me some. Paper bag bitch busted in the face but got that bomb dick, not a total waste. Don't want to meet your Mom, such an epic fail. Order up your bride from the fuckin' mail. And your profile pic, it's not even you. I'm reading 6 foot 3, more like 5'2 ». Et alors qu’elle prononça ces paroles, elle s’empara de la main du premier beau garçon qui se trouvait devant elle pour le faire monter sur scène sans lui laisser le choix et commença à danser de manière explicite avant d’entamer le refrain. Down to fuck. C’était bel et bien son état d’esprit du moment. Et il fallait dire qu’elle avait plutôt bien choisi sa cible.

Spoiler:
 



can't love you

We're not supposed to be meeting like this, but when we get closer I know we're gonna kiss. Can't keep my cool when I'm dancing with fire, fire, fire.
Revenir en haut Aller en bas
 
a little less conversation and a little more touch my body ☆ (ft. Voltaire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WTFH :: archives :: Don't you remember? :: Les RPs-
Sauter vers: